#Ano_1280_Sdsk_2020

Bonjour Tata habibi, j'espère que vous allez bien. Mes encouragements pour le travail que vous faites. Yallah nala yallah fay yiw ci barkei kou tedd ki.

J'écris ces quelques lignes pour parler d'un vécu : le divorce après 1 an de mariage à mes 23 ans.

Tata, j'ai été mariée à un homme que je croyais être le bon de part ses dires, ses actes et toute l'énergie qu'il avait déployé pour que je sois avec lui allant jusqu'à parler à mes sœurs pour me convaincre de lui donner sa chance.

Je suis une fille casanière comme j'aime le dire "Farata lay dokh gnibi", calme (beugouma thiow), pieuse, respectueuse, fidèle, travailleuse, honnête et beuri yeurmandei ak kersa. Mon défaut, je ne me fâche pas vite mais une fois fâchée ça dure.

Je le croyais pieux, mature, propre, honnête et fidèle; tout le contraire de ce que j'ai vu après le mariage.

Tata, je me suis préservée toute ma vie, pas pour un mari mais par crainte de mon créateur et grâce à mon éducation et mes principes. Mais j'ai eu le malheur de n'avoir pas saigné sur le coup quand il m'a pris. Et il a osé me demandé si j'étais sûre qu'il est le premier à me pénétrer malgré la difficulté qu'il a eu et ma douleur parce qu'il n'avait même pas eu la patience de faire les préliminaires. C'est après que la boule de sang est tombée aux toilettes.
Ndekeitei le sang du "ndaw" n'est pas comme le sang d'une plaie.

Une semaine après, Tata, les infections de toutes sortes ont débuté, l'envie de me grater ne me quittait plus, des pertes que je n'avais jamais vu, des blocages de règles, des risques de ne pas pouvoir enfanter, et un mari qui trouvait tout prétexte bon pour ne pas t'accompagner chez le gynécologue etc..

Les manques de préliminaires qui ont pour conséquences à mon niveau, des saignements sur le drap à mon réveil, des brûlures après chaque rapport à la limite je prenais un éventail pour soulager ma douleur et m'aérer ou je partais aux toilettes me verser de l'eau..
Et quand j'utilisais des boules de karité ou des lubrifiants, il me disait qu'il n'aimait pas..
Tata, danouma yakamti goudi diot ndax lima khamni moma done khaar, meussouma kham plaisir bi gnouy wax ci seuy moy lane..

Quand on a déménagé j'ai commencé à voir des préservatifs, à découvrir des infidélités, à voir un mari qui crée des histoires pour rentrer quand il veut, un mari qui boude tout le temps, qui ne prie pas, qui ne t'aide pas, qui aime se victimiser, qui ment, qui veut le kilitef et pingre comme pas possible.
Un mari qui ne fait rien pour toi et qui te "tek beut".
Un mari qui, pour un oui ou un non te parle de divorce.
Un mari qui, après rapport surtout quand ce n'est pas un jour de travail, peut se coucher toute la journée sans faire la grande ablution. Un mari que tu forces à se laver les mains, le bain n'en parlons pas.

Tata, ma moudj changé, pour ma sourir c'était un problème, sama beut yi fouma tooleu mouy taa, sama khôl bi di teuf teufi fouma tool, ma kheum gnoule, keine khamatoul à quoi je ressemblait, comme lougn tek daw..

Lors d'une dispute ou il me parlait de divorce, je lui avais dit que "douma meusseu gnane batt tei douma djiguene bouy fay mais sou seuy bi tassei dou done lougnouy defarat"... Il a peut-être pensé que je blaguais, sûrement parce je faisais tout ce qu'on m'avait appris ci djiguene bouy seuy, togu, foote, ranger, nuisettes, ferr, astuces, thiouraye, soins du visage, pédicure, manicure...Déjà je sortais pas beaucoup foumay dem taaguo, wax bou nekh même s'il était tout le temps renfrogné di diay kilifeu batay, invitations des amis, teral goro et djiguei.. Malgré tout ça Khamoul ni wax diou nekh sarax la et que waw goor day takha goorgorlou. C'est rarement que j'entendais un "merci", pourquoi ? Parce selon lui "sa ligueye leu yako wara def".

Finalement lors d'une autre dispute, il m'a répudié. Je suis allée au tribunal entamer une procédure de divorce à l'amiable.

J'ai pleuré toutes les larmes de mon corps, je ne mangeais plus, je ne dormais plus, je pensais tout le temps à lui parce que je l'aimais. Mais je savais que c'était une épreuve, j'en ai appris beaucoup de chose, eu beaucoup d'expériences alhamdoulilah. Je me suis relevée je continue mes études je fais mes petits business personnels et j'avance la tête haute. Alhamdoulilah ndax fougnou tassei douma seug.
Tata, dama divorcée triste certes, mais libérée d'un autre côté melni kougn gueinei prison.

Pour seuy nekh deug ndekeitei c'est l'homme qui doit être niité parce que l'a femme est facile à amadouer surtout quand elle aime.

Je me suis dit à un moment que mariage c'est juste pour avoir des enfants en fait.J'ai même pensé à ne plus me remarier.
Mais ehhhh, damay seuyate bamou nekhhh In Sha Allah...

Pour ne pas abuser de votre temps (je sais que j'ai beaucoup parlé), j'ai partagé ceci parce que je sais qu'il y'a énormément de femmes qui vivent ce malheur dans leur ménage et même pire. N'ayez pas peur de sortir de ce mariage, n'ayez pas peur du regard des autres,
n'ayez pas peur d'être mises dans le lot des "mariages prip dipp", ou des "divorces yi dafa beuri legui", ou des "khalei yi seuyatougnou"... Parce que ce que vous vivez ils ne le savent pas..
Prenez votre vie en mains et avancez en paix, ligueye leine dound loleine fekei ci diam ak Salam.

Yallah nagnou yallah mousseul ci zhommes dragons yi tei saam gnou samm bepp domou adama. Amiinee

Soyez heureux.