Ano_1447_Sdsk_2020

Moi , un ancien Talibé ( enfant de la rue ) qui suis-je devenu ?

Bonjour Tata et merci pour cette mission très noble que vous vous êtes assigné. Alors ceci est un texte qui retrace brièvement l'enfance d'un ancien Talibé. L'objectif est de faire comprendre aux sénégalais et sénégalaises qu'il y a Talibé et enfant de la rue.

Je suis né à Touba, j'y ai fait mes premières humanités. À l'âge de trois ou quatre ans, j'ai commencé à apprendre le Coran dans une école coranique du quartier. Je ne sais pas pourquoi mais, en 2004 mon père a décidé de m'emmener à Saint-Louis où il y avait un Dara très réputé pour l'enseignement de qualité qu'il proposait. Mais le Dara en question n'était pas payant et comptait environ mille Talibés venus de partout au Sénégal et de la sous-région. De ce fait, il y avait de la mendicité. Oui on mendiait. J'ai mendié de 2004 à 2010 .

Le matin à six heures, moi et mes compagnons Talibés avions l'habitude d'aller dans des endroits très éloignés du Dara ; on faisait la route souvent à pied, et parfois on suppliait les apprentis car rapide ( Super) de nous transporter gratuitement.

Une fois dans nos endroits stratégiques, on commençait à demander de l'aumône, on cherchait vraiment de l'argent. Et à l'époque ce n'était pas trop difficile de trouver la somme qu'on nous exigeait souvent : 75, 100, 125, 150 fr etc.

Au-delà de huit heures, au plus tard , aucun des Talibés de notre Dara ne se trouvait dehors, tous sont déjà rentrés, aussi bien ceux qui ont réussi à collecter la somme demandée que ceux qui ne l'ont pas réussi. Car dans ce Dara, c'était les études qui primaient sur tout. L'argent mobilisé, toujours insuffisant, servait à payer les factures d'eau, de l'électricité et on nous soignait avec.

À neuf heures,le matin, nous avions déjà commencé à étudier, et ce jusqu'à treize heures, le moment d'aller encore chercher de la pitance- Yalwaane agne- ce qui était très facile. Là je rends hommage aux habitants de Saint-Luis, ils étaient très généreux avec nous , notamment ceux dont le pouvoir d'achat ne semblait pas être très important visiblement. Mais ils avaient le cœur sur la main.

Comme tous les Talibés ne pouvaient pas aller quémander de la nourriture : il y en avait qui étaient très petits, d'autres très grands ou maldes et restaient au Dara, on nous interdisait de manger dehors ce

qu'on a.Tout le monde devait rentrer avec le pot souvent rempli de riz , de mafé, de soup kandja , de yāsa ou autre, et on mélageait tout dans de grandes assiettes et on mangeait ensemble. C'était du Ndiakhass pur quand même !

À quinze heures, on se mettait encore à étudier, jusqu'à dix huit heures ou dix neuf heures, les rares moments de la journée pendant lesquels on se reposait en peu, excepté les heures de prière. De dix neuf heures à ving heures, nous étudions aussi avant d'aller chercher le dîner- Yalwaane rér- .On revient dîner et recommencer les études jusqu'à vingt trois heure et on se couchait pour se réveiller à quatre heures du matin, étudier jusqu'à six heure.

Voilà le quotidien d'un Talibés digne de ce nom. Vous voyez que c'est chargé, il n'y a pratiquement pas de repos sauf les jeudis et vendredis , et il y avait même des Talibés qu'on forçait à étudier pendant ces deux jours pour des raisons que je n'évoquerai pas ici. Maintenant essayez de comparer cela avec ce que vous voyiez à Dakar.

Si le Dara que je fréquentais à Saint-Louis était comme certains soi-disant Dara que j'ai vu à Dakar, j'y ai vécu également, je n'y aurais certainement pas pu mémoriser le Coran en 2007 , je n'y aurais pas pu apprendre de manière très approfondie les sciences religieuses en rapport direct avec le Coran; par exemple :

le Tafsîr- l'exégèse du Coran-, la jurisprudence islamique, la théologie, les Hadiths,la biographie du prophète, l'histoire de l'islam, le Mustalah- une science qui étudie l'authenticité des hadiths rapporté du Prophète PSL- le soufisme, la langue arabe, un peu le français, la géographie etc.

Des livres de certains de nos érudits locaux y étaient aussi enseignés: Serigne Touba , Massālikoul Djinan , Sydi Hadji Malick Sy Xilasouss Zahab.

j'y ai reçu une éducation de qualité, solide, basée aussi bien sur des valeurs islamiques que sur nos nobles traditions sénégalaises et africaines : à savoir l'altérité, l'entraide, la générosité, le partage, le respect envers les plus grands, l'affection pour les plus petits et en fin l'obéissance passive aux parents...

J'ai quitté le Dara en 2012 . J'ai été dans d'autres villes, Louga , Dakar toujours pour des raisons liées à mes études. j'ai été à l'université de Dakar , aujourd'hui j'ai vingt quatre ans et je suis toujours étudiant, où ? à l'université de la Sorbonne, Paris.

Je vous ai écrit ces lignes pour vous montrer que la vocation des Daras a été toujours très noble. Contrairement à ce qu'on entend souvent dans les médias, le Dara est le lieu adéquat pour préparer des citoyens modèles à tout point de vue. Évidement, il n'a pas comme vocation de former des individus parfaits, qui ne commettent jamais des maladresses, non il n'a pas cette capacité. Allah a voulu qu'il y ait toujours des gens qui ne seront jamais sur la bonne voie même s'ils sont éduqués par les meilleurs éducateurs du monde ils resteront maladroits.

Le Dara nous inculque des principes et valeurs de base, mais le revers de la médaille c'est qu'il nous prive souvent des choses importantes. À titre d'exemple : l'affection parentale ; là je prendrai mon cas. Je n'ai pas eu de l'affection parentale, puisque tant qu'on n'avait pas encore mémorisé le Coran on ne pouvait pas aller voir nos parents. Et eux aussi, les miens, ils venaient rarement au Dara pour me voir , déjà mon père est un Modou Modou. Je pense que notre Dara devait exiger à nos parents de venir fréquemment nous rendre visite. Mais j'aime mes parents quand même et j'éprouve de la gratitude envers eux.

Donc voilà, hier c'était la mendicité et les études coraniques, aujourd'hui le job étudiant et les études supérieures. Ban mo gana nékh ? j'espère que le meilleur est à venir.

                    </div>

                    <!--Optional Url Button -->
                    
                    <!--Optional Url Button -->
                    
                    <div class=