Le patronat réclame son entrée au sien du Cos-PétroGaz

Le président du conseil des entreprises du Sénégal (Cdes), Babacar Diagne estime qu’il serait plus intéressant pour le Sénégal d’élargir le bureau du Cos-PétroGaz à toutes organisations patronales. Parce que « ceux qui feront l’exploitation ce sont les opérateurs économiques ».

M. Diagne pense que le fait de mettre en épargne « 25% des ressources du pétrole pour les générations futures, n’a pas de sens ». Ainsi, il invite l’Etat à être « audacieux pour le reste ces blocs pétroliers ».

Pour lui, « le Sénégal doit faire un eurobond, lever des obligations de 5000 à 10 000 milliards de Fcfa, payables en 10 ans et financer nos propres forages. Ça va nous permettre d’avoir un fonds souverain qui sera 100 % sénégalais. Il faut impérativement que l’Etat soit plus audacieux. Il faut que le bénéfice revienne aux Sénégalais. Ce qui permettra de financer le développement du Sénégal et son émergence ».

Pour assurer une bonne gestion des recettes issues des ressources naturelles, il recommande la mise pied d’un comité scientifique d’audit des exploitations. « C’est là où, il y a le plus grand piége. Les entreprises qui ont le contrat peuvent dire au finish, avant la production, qu’elles ont dépensé 7000 milliards, alors que tel n’est pas le cas », suggère-t-il dans Vox populi.