Lutte-Son retour dans l’arène annoncé : Quand Gaston veut profiter du vide…

Avec un Luc Nicolaï retenu en prison, un Aziz Ndiaye parti en retraite, un Tapha Diop essoufflé et un Pape Thialiss Faye «porté disparu», l’arène est devenue orpheline de ses promoteurs. Seul Pape Abdou Fall tente de résister. Moment choisi par Gaston Mbengue pour tenter un come-back… dans le vide.

Tient ! Tient ! Le retour du «Don King» de l’arène est annoncé. Après plusieurs dé­mentis du bout des lèvres, Gaston Mbengue confirme son retour. Dans un entretien hier avec Sunu Lamb, il a posé les premiers jalons de son come-back prévu la saison prochaine.
Evidemment le contexte semble arranger celui qui dit venir en «sauveur». Un contexte marqué par la rareté des promoteurs qui ont presque tous déserté l’enceinte. En effet, avec un Luc Nicolaï retenu en prison, un Tapha Diop essoufflé, un Pape Thialiss Faye «porté disparu» et un Aziz Ndiaye parti en retraite, l’arène est devenue orpheline de ses promoteurs-Vip.
Seul Pape Abdou Fall tente de résister malgré les difficultés de tous ordres qu’il rencontre. Du coup, le moment ne pouvait être mieux choisi pour le patron de «Gaston Pro­ductions» qui pourrait profiter de ce vide pour reconquérir le cœur des amateurs de lutte avec frappe, sevrés depuis fort longtemps de grandes affiches.

L’équation des cachets
Pour son retour, Gaston veut donc frapper fort avec des affiches XXL : Balla Gaye-Boy Niang, Bombardier-Eumeu Sène, Gris-Sa Thiès, Reug Reug-Tapha Tine ; et cerise sur la gâteau, un Super Claf avec des espoirs. Vous ne rêvez pas ! C’est effectivement, le menu copieux proposé. Mais Gaston s’empresse d’avertir : «Je précise que venir en sauveur ne veut pas dire que je vais me suicider ou je vais faire des folies.» En clair, «ceux qui m’attendent pour faire monter les enchères peuvent aller voir ailleurs», martèle-t-il. Un message envoyé aux ténors très allergiques à l’idée de diminuer leurs cachets.
Justement cette problématique des cachets devrait être au cœur des négociations. Car on imagine que pour réussir un projet aussi ambitieux, il faut mettre beaucoup de millions sur la table et s’accompagner de partenaires et sponsors crédibles.

Un champion des déclarations contradictoires
Mais Gaston Mbengue connaît le chemin, il est en terrain connu même si la réalité du terrain a beaucoup changé entre temps, avec ces gros sponsors qui se sont éloignés de la lutte et cette pandémie de Covid-19 qui est tombée comme un cheveu dans la soupe.
Pour le moment, on en est au stade des bonnes intentions en attendant, comme il l’a dit, d’entamer les négociations avec les managers des lutteurs ciblés. Mais il ne faut pas oublier que le «Don King» nous a souvent habitués à des déclarations contradictoires et à des volte-face, après avoir promis son retour avant de faire marchine arrière.
Aujourd’hui, malgré la rareté des combats et des promoteurs, les conditions semblent réunies pour un retour-gagnant du «sauveur» ; surtout quand il déclare avoir le soutien des autorités qui, dit-il, ont validé son projet. Mais avant, il va falloir «terrasser» ce maudit virus.